Parcs / Jardins 

 

 

 Parcs / Jardins 

 

 

Lauréat du concours de maîtrise d’oeuvre pour la construction de 67 logements collectifs sur la commune de Merville (59) «La Batellerie».

 

La conception de ce projet s’appuie sur la situation urbaine et la qualité paysagère du site particulièrement favorable, en balcon sur la Lys. Afin de respecter le schéma d’orientations urbaines, les bâtiments et les logements sont disposés pour profiter au maximum du calme de l’espace vert résidentiel, et des vues dégagées sur le cours d’eau.

 

Les cœurs d’îlot sont traversés par un/des cheminements bordés de massifs plantés de manière à dissocier les circulations piétonnes et PMR des véhicules. Les stationnements sont envisagés en dalles drainantes engazonnées afin faciliter l’infiltration des EP et de renforcer l’aspect verdoyant et paysagé de l’espace central.

 

Les entrées aux logements depuis l’intérieur des ilots sont matérialisées par des parvis pavés pouvu de bancs afin de créer des zones de rencontres entre les habitants, des seuils pour se poser, discuter, échanger entre voisins. 

 

Les espaces verts permettent une transition progressive entre les cœurs d’îlot et les berges de la Lys. La palette végétale envisagée est constituée essentiellement d’essences locales et adaptées au climat et sol du site. Côté Lys, les espaces de cœurs d’ilots sont séparés de l’espace public par des haies arbustives, des massifs de graminées et vivaces, d’arbustes en cépée et d’arbres haute tige de manière à marquer une séparation végétale tout en préservant des vues. 

 

Situation: Merville (59)

Maîtrise d’Ouvrage: Maison Flamande

Maîtrise d’Oeuvre: Form@ architectes mandataire, Gaëtan Deswarte Paysagiste-VRD

Année: 2017 - 2018

Montant total des travaux:  Budget: 5 370 000 € HT€

Conception de divers jardins pour particuliers:

 

Maîtrise d'Ouvrage: Maison de la Culture d'Amiens
Maîtrise d'Oeuvre: Gaëtan Deswarte, Kanae Otani et Jean-Charles Busson,  Paysagistes DPLG
Mission: Proposition d'un jardin, projet non retenu

Localisation: Les Hortillonnages d'Amiens (80)
Date: Décembre 2015

 

L’Appel à projets pour le Festival des Hortillonages d’Amiens, édition 2016.

 

‘‘Fragilités malléables’’ 

 

Notre volonté pour cette édition du festival Art, villes et paysages des Hortillonnages d’Amiens était d’imaginer une installation qui témoignerait du rapport qu’entretiennent les "habitants paysagistes" avec le territoire des hortillonnages tout en abordant les thèmes de la fragilité du site et de la disparition. 

 

Pour cela, nous avions choisi un site, une île abandonnée sur laquelle nous avions imaginé une structure, un parcours permettant de sensibiliser le visiteur aux problématiques de la fragilité, de la disparition et du devenir de ces îles. 

 

Notre démarche se basait également sur un processus participatif des habitants, acteurs au fil du temps à travers divers ateliers de découverte, construction, récolte de matériaux, dans le but de faire vivre l'espace d'un temps plus ou moins long, cette île. 

Diplôme de Fin d'Étude: Le parc du Château de l’Abbaye de Cysoing, mise en valeur et aménagement d’un patrimoine oublié.

 

 

L’enjeu de mon TPFE était de montrer, par le biais du parc du château de l’abbaye de Cysoing (59), que le projet de paysage peu participer à la sauvegarde d’un jardin historique. Ainsi, il est possible de concilier le respect d’un héritage historique, de le questionner et de l’interpréter dans le but de révéler au public ses dimensions identitaires, spatiales et temporelles.

 

Le paysagiste a pour rôle de perpétuer l’histoire et d’en écrire une nouvelle page. L’histoire participe dans une certaine mesure à orienter le projet dans le but de l’inscrire dans un contexte de mise en valeur et de développement touristique et culturel. Il s’agit ici d’une occasion pour la ville de mettre en valeur, de révéler et de renforcer les liens sociaux, culturels et économiques entre un site et son territoire.

 

Ce projet de patrimoine implique la création d’une nouvelle strate d’histoire qui s’articule avec les données existantes mais également des éléments nouveaux qui viennent introduire une nouvelle donne et des nouveaux usages. Ces éléments font de ce parc un lieu plus qu’un décor, il évolue et s’adapte, c’est un patrimoine en devenir.

 

Ainsi, le parc revêt une fonction sociale, culturelle et environnementale. 

 

Malgré son aspect clos et sa taille relativement petite, il participe et s’inscrit à différentes échelles. Le jardin est un milieu, qui casse les échelles, articule la ville, il transforme la structure urbaine et participe au fonctionnement du territoire.